Comprendre
le monde pour ne pas le subir

Parce que le centre Rosa-Parks  prône le respect, le vivre ensemble, l’épanouissement et l’émancipation de chacune et chacun, nous souhaitons mettre en lumière  la journée internationale pour l’élimination de la violence à l’égard des femmes célébrée les 25 novembre.

Rappel historique et définition

Cette journée internationale, célébrée les 25 novembre est soutenue par l’Organisation des Nations Unies. Elle a pour source un évènement historique

Le 25 novembre 1960,  trois sœurs, Patria, Minerva et María Teresa  Mirabal, militantes politiques dominicaines furent assassinées  par le dictateur Rafael Trujillo.

En 1993, l’Assemblée générale des Nations unies a adopté la Déclaration sur l’élimination de la violence à l’égard des femmes et a adopté la définition du terme violence à l’égard des femmes.
« tous actes de violence dirigés contre le sexe féminin, et causant ou pouvant causer aux femmes un préjudice ou des souffrances physiques, sexuelles ou psychologiques, y compris la menace de tels actes, la contrainte ou la privation arbitraire de liberté, que ce soit dans la vie publique ou dans la vie privée »

Lire la déclaration ➡️

Le 17 décembre 1999, l’Assemblée générale de l’ONU a proclamé le 25 novembre, la Journée internationale pour l’élimination de la violence contre les femmes. L’ONU a invité les gouvernements, les organisations internationales et les ONG à organiser des activités pour sensibiliser le public à ce problème lors de cette célébration internationale.

21 ans après cette déclaration qu’en est -il aujourd’hui ?

Les chiffres en France restent alarmant

Illustration réalisées par Claire Bourdille pour le site du collectif #NousToutes.

Une analyse paléoanthropologique

Les violences physiques et mentales des hommes envers les femmes sont-elles le fruit du patriarcat, ou de notre biologie ? La domination masculine date-elle vraiment d’hier ? Ne sommes-nous pas aujourd’hui plus archaïques, de ce point de vue, qu’à la Préhistoire ?

Pascal Picq, paléoanthropologue et maître de conférences au Collège de France apporte quelques réponses dans son dernier Et l’évolution créa la femme, édité chez Odile Jacob, en octobre 2020 et dans un entretien diffusé sur le magazine en ligne, Le Blob.

Les numéros utiles

👉Le 39 19 : Violences Femmes info – numéro d’écoute national anonyme et gratuit, du lundi au samedi de 9h à 19h

👉Le 0800 05 95 95 : Viols Femmes Informations – anonyme et gratuit, du lundi au vendredi de 9h à 19h

👉Le 39 75 : plateforme d’appel de la Ville de Paris, peut également vous orienter

Pour une écoute, des conseils juridiques gratuits, un accompagnement :

👉Libre Terre des Femmes, du lundi au vendredi de 9 h à 12 h au 01 40 35 36 67 et de 14 h – 17 h au 06 26. 66.95 .70
ou par mail : ldtf@orange.fr
ltdf.fr

👉Olympe, tous les vendredis, de 9  h 30 à 12 h 30 / tous les mercredis, de 14 h à 17 h 30 au 06 95 18 89 ou par mailassolympe8@gmail.com
association-olympe.fr

👉CIDFF de Paris : du lundi au vendredi de 9h30 à 13h et de 14h à 17h30 au 01 83 64 72 ou par mail femmesinfo@cidffdeparis.fr
paris.cidff.info

Pour les femmes victimes de violences immigrées ou issues de l’immigration et confrontées à des problèmes liés à au droit au séjour ou à la nationalité :

👉Femmes de la terre, tous les lundis 13 h – 17 h au 01 48 06 03 34

 

 

X